Conserver une réponse opérationnelle optimum, au service des Val d’Oisiens

Conserver une réponse opérationnelle optimum, au service des Val d’Oisiens

Rédigé le 27/11/2018
Timothée JAILLET


  • Embaucher :

Rappelons tout d’abord que, lors du comité technique du 9 juin 2016, l’UNSA-SDIS 95 est le seul syndicat à n’avoir pas voté pour la suppression de 118 postes de SPP et de 12 PATS.

De plus, suite à la mise en place du « repos de sécurité tous statuts confondus », les EJG sont à la peine et le potentiel opérationnel a chuté.

Comme nous l’avons déjà annoncé face aux élus lors du Conseil d’Administration (CASDIS) du 29 juin 2018, nous demandons le recrutement de 70 sapeurs-pompiers professionnels supplémentaires.

  • Renforcer les EJG :

Le SDIS 95 dispose d’un maillage du territoire et d’une réponse opérationnelle bien au-dessus de la moyenne nationale. Cela fait aussi partie de notre patrimoine et nous refusons tout nivellement par le bas.

Cette qualité des secours, nous devons la maintenir pour les Val d’Oisiens. Dans le cadre de la révision du SDACR, nous veillerons à conserver cette excellence.

  • Recourir aux CDD de manière très encadrée :

Le décret 2009-1208 permet, de manière très encadrée, de recourir à des contrats à durée déterminée pour des SPV.

Oui, ces contrats sont précaires mais ils présentent aussi des avantages :

  • Ils s’adressent à des agents SPV déjà en précarité, qui cotiseront pour leur retraite et leur santé.
  • Il ne s’agit pas de faire des économies car leur salaire est le même qu’un SPP non-logé.

Enfin, ils conservent leurs gardes SPV dans leur CS d’origine.

Pour l’UNSA-SDIS 95, il ne s’agit évidemment pas de remplacer des emplois statutaires par des emplois précaires !

En 2018, nous sommes la seule organisation syndicale à avoir pris ses responsabilités. Le SDIS 95 n’arrivait plus à recruter, les mutations externes se multipliaient, les agents étaient sur-sollicités et de manière dogmatique, sans proposer d’autres solutions, les autres organisations syndicales ont voté contre le recours aux CDD…

Pour soulager les agents et maintenir la réponse opérationnelle, l’UNSA-SDIS 95 a voté pour et l’assume. Nous proposons même d’élargir le système aux longs arrêts.

En effet, en cas d’arrêt prolongé (longue maladie, opération chirurgicale, grossesse, etc.), nous demanderons le recours à des CDD dans un « gagnant/gagnant » : ouvrir la voie de l’emploi à des SPV en précarité et remplacer le SPP arrêté afin de tenir l’EJG.